Si plus de jeunes écrivent, plus de jeunes lisent
Free Call 450 621-2265

Kamylle Lajeunesse

En 2018, Kamylle Lajeunesse, native de Shawinigan, a vingt ans. Elle a toujours préféré l’expression des mots à celle de la parole. Enfant, elle aimait rédiger de courtes histoires fantastiques, puis elle s’approchait de ses parents et leur tendait la feuille, surveillant ensuite les émotions sur leur visage ou dans leurs yeux. Ce n’est qu’à l’âge de quatorze ans, entre le sport et les études, qu’elle a commencé à développer un intérêt plus particulier pour l’écriture. L’été 2012, alors qu’une blessure au genou l’a obligée à demeurer à la maison, elle a pris la décision de commencer la rédaction d’un roman. Sans expérience ni but précis. Et c’est à ce moment précis qu’elle a découvert qu’une écrivaine passionnée dormait au fond d’elle.

Sa nouvelle La course à la confiance, inspirée de la vie de sa cadette Ariane, raconte comment un chien peut sauver un humain de multiples manières.

Histoires de bêtes et d'humains
0%
Réalisme et psychologie
0%
Sujet fétiche : la résilience
0%

Ce que l’on dit des jeunes auteurs

« Il n’y a personne comme une enfant pour parler aux enfants. Une vieille dame de 111 ans eût écrit un tel récit, dans ce style personnel qui nous parle avec le bruissement d’une petite voix, qu’on lui décernerait le Prix Femina. »
(Luc Proulx, La Voix des Mille-Îles, au sujet de Laura Cousineau)

Les jeunes ne sont pas que des consommateurs de littérature, ils sont également des artisans.
(Claudie Bugnon, dans une entrevue donnée à Livre d’ici, en mai 2009)

Restez au fait du neuf