Si plus de jeunes écrivent, plus de jeunes lisent
Free Call 450 621-2265
Servir la science-fiction en classe

SERVIR LA SCIENCE-FICTION EN CLASSE : UNE INTRODUCTION AU GENRE

Il n’y a pas que les livres et le cinéma à nous proposer de la science-fiction; les actualités télévisées nous en servent littéralement tous les jours en nous présentant les avancées de l’intelligence artificielle, les percées médicales au service des personnes à mobilité réduite, ou encore les découvertes d’exoplanètes qui forment aujourd’hui un catalogue impressionnant! Les progrès valorisés par la société brossent en quelque sorte un tableau du monde de demain.

Avouons que le monde change à vitesse grand v : la moitié des élèves de votre classe actuelle occuperont un métier qui n’existe pas encore aujourd’hui*. N’est-ce pas que cette notion a de quoi surprendre?

En raison des thèmes abordés par des auteurs observateurs, la science-fiction est souvent une espèce de lecture d’un futur proche et possible.

(SUJETS ABORDÉS)
Une définition de la SF par Philip K. Dick
Les débuts de la SF et ses auteurs précurseurs
Les thèmes fétiches
Quelques termes pour définir les sous-genres
Les incontournables
S’aventurer à penser au futur – les questions à poser

 

Une définition de la SF par Philip K. Dick (1928-1982, écrivain)
« La science-fiction est une nouvelle dimension de nous-mêmes et une extension de notre sphère de réalité tout entière; elle ne connaît de ce point de vue aucune limite. »

Les débuts de la SF et ses auteurs précurseurs
La première œuvre de science-fiction est attribuée à une femme et remonte à 1818. Mary Shelley offrait il y a 200 ans à un public médusé une histoire de savant fou fabricant un nouveau genre d’humain… une histoire prémonitoire : Frankenstein.

Mais la SF devient rapidement le château fort des hommes, peut-être parce que leur quotidien est plus profondément touché par la révolution industrielle. Plus généralement, il faut dire que la littérature est un monde d’hommes. Au début du 19e siècle, la transformation de l’emploi et du rapport homme-machine bat son plein d’abord au Royaume-Uni, puis dans des pays d’Europe comme la France, puis aux États-Unis.

L’Américain Edgar Allan Poe écrit Histoires extraordinaires en puisant dans des théories scientifiques encore obscures et en imaginant l’avènement de créatures lugubres.

Jules Vernes imagine déjà en 1863 la ville de Paris au 20e siècle, étouffée par la pollution qu’amène cette révolution industrielle. On juge sa vision de l’évolution humaine comme critique et pessimiste. Il publie bientôt des romans d’aventures inspirés des progrès techniques : Voyage au centre de la Terre et De la Terre à la Lune (104 ans avant l’exploit de Neil Armstrong).

En 1895, Herbert George Wells écrit La machine à explorer le temps, un roman d’imagination qui connaît un grand succès, suivi, trois ans plus tard, de La guerre des mondes, où l’humanité se mesure à une race extraterrestre. Ce roman angoissant donnera lieu à des feuilletons radiophoniques, des bandes dessinées et deux films, dont celui de Steven Spielberg en 2005.

Le terme « science-fiction » sera créé en 1929 par Hugo Gernsback (1884-1967), auteur américain de science-fiction et journaliste. On dit de lui qu’il a été influencé par Jules Verne, entre autres.

De grands noms et des œuvres phares vont marquer le genre :

Alfred Van Vogt (1912-2000, écrivain né au Canada)
Il écrit des sagas galactiques et extrapole des théories scientifiques qu’il fusionne avec des concepts philosophiques.
Œuvres marquantes : La faune de l’espace, le cycle des Marchands d’armes, le cycle des Ā (le A chapeauté d’une barre signifiant non aristotélicien, pour parler d’une logique avancée et d’un monde plus complexe et plus logique que celui proposé par le philosophe Aristote; on est ici en plein développement des notions de physique quantique)

Isaac Asimov (1920-1992, écrivain né en Russie, naturalisé américain)
Asimov possédait une maîtrise en chimie et un doctorat en biochimie. Il est connu principalement pour ses mondes peuplés de robots « positroniques » conçus par l’homme et gouvernés par trois lois :
• Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger;
• Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi;
• Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.
Œuvres marquantes : Le cycle de Fondation, la trilogie Robots.

Robert Heinlein (1907-1988, écrivain né au Missouri)

Après des années dans la Marine, il tombe malade de la tuberculose et s’amorce pour lui un périple de petits métiers et d’études inachevées. Il aime les sciences, mais préfère écrire. Il commence par l’écriture de nouvelles, sa première étant Ligne de vie (1939). Son talent est remarqué à une époque où commencent à se multiplier des revues consacrées à la science-fiction, telles que Astounding Stories.
Œuvres marquantes : Les enfants de Mathusalem, La planète rouge, Double étoile, L’histoire du futur, L’enfant tombé des étoiles

D’autres grands noms :
Philip K. Dick (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?), Damon Knight (Le royaume de Dieu), Ray Bradbury (Fahrenheit 451), Jack Vance (Le cycle de Tschaï), Carl Sagan (Contact), Arthur C. Clarke (2001, L’Odyssée de l’espace), Clifford D. Simak (Demain les chiens), Frank Herbert (Dune) et dans une époque plus proche de nous, Dan Simmons (Hypérion) et Andreas Eschbach (Station solaire). En français, il vaut la peine de souligner la contribution de Pierre Boulle (La planète des singes), de René Barjavel (Le grand secret), de Maurice Limat (Les faiseurs de planètes), de Daniel Sernine (Les méandres du temps), de Margaret Atwood (Madd Addam) et d’Élisabeth Vonarburg (Les voyageurs malgré eux).

Mentionnons au passage que Boris Vian a traduit plusieurs œuvres du Canadien Alfred Van Vogt, amenant le public francophone à se découvrir un intérêt pour ce qui sera longtemps considéré comme une sous-littérature et qui est pourtant riche de clairvoyance et de critiques sociales.

Les thèmes fétiches

Liés à la révolution technologique : automatisation et robotisation, domotique, transport autonome, suprématie de l’ordinateur sur l’humain, révolte de l’homme contre la machine

Liés aux progrès médicaux : optimisation du cerveau humain, manipulations génétiques, mutations et avènements de races humaines améliorées, clonage, immortalité, biotechnologies, transfert de l’esprit sur des supports autres que le corps

Liés aux Première et Deuxième Guerres mondiales : dictature et répression, révolte contre le formatage humain, guerre bactériologique et disparitions inexpliquées

Liés à l’essor de la physique et de la cosmologie : voyages dans le passé et dans le futur, conquête de l’espace et colonisation de planètes, invasions extraterrestres et tueurs planétaires

Quelques termes pour définir les sous-genres

On peut reconnaître dans le terme-valise science-fiction quelques genres plus spécialisés :

  • Hard Science : un goût pour rester plausible en extrapolant ou en exploitant les connaissances techniques actuelles
  • Space opera : des sagas autour de voyages galactiques et de races exotiques, où l’on s’encombre moins des aspects techniques (on pensera à Star Wars et Star Treck)
  • Fantasy : une littérature qui navigue davantage dans le fantastique (on pensera à Lovecraft et Tolkien)
  • Dystopie : le contraire de l’utopie (comme dans 1984 et Le meilleur des mondes)
  • Rétrofuturisme (ou uchronie, ou steampunk) : une réécriture de l’histoire humaine en modifiant un événement du passé (comme dans L’Empire bleu sang)


Les incontournables

Quelques romans essentiels de la SF, suggérés par Joey Cornu

Fondation, Isaac Asimov (1951)
La Faune de l’espace, Alfred Van Vogt (1951)
Double étoile, Robert Heinlein (1956)
Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes (1966)
Le cycle de Tschaï, Jack Vance (1968)
Hyperion, Dan Simmons (1989)

Suggestions maison de Joey Cornu pour le niveau secondaire (chacun de ces titres offre une activité pédagogique) :
La Guilde de Sakomar (Patrick Loranger)
Demain les loups (Luc Proulx)

Suggestion maison de Joey Cornu pour le niveau primaire, 3e cycle
Planète 7 : La découverte

On pourra aussi consulter ce « top 20 » :
http://www.topito.com/top-livres-science-fiction-geek-lunettes-apple-mdr

… ainsi que cette source de science-fiction au féminin :
https://www.babelio.com/liste/5763/Science-Fiction-au-feminin

Quelques films essentiels de la SF

Alien, le huitième passager, Ridley Scott (1979)
Blade Runner, Ridley Scott (1982)
Contact, Robert Zemeckis (1997)
La matrice, Andy et Larry Wachowski (1999)
La guerre des mondes, Steven Spielberg (2005)
Premier contact, Denis Villeneuve (2017)

S’aventurer à penser au futur – les questions à poser

• Présenter des inventions modernres qui ont d’abord vu le jour dans les romans de SF (ordinateur, iPhone, voiture autonome, domotique, exosquelette, manipulations génétiques, pour ne nommer que celles-là

• Demander aux élèves leurs impressions de leur lecture : 1( ce qu’ils ont apprécié dans la manière de l’auteur de situer rapidement le lecteur dans un monde différent; 2) ce qu’ils pensent de la présence des robots dans nos vies, de l’intelligence artificielle, de la conquête de l’espace, comment ils perçoivent un monde apocalyptique, s’ils croient aux extraterrestres et, dans l’affirmative, comment ils entrevoient un premier contact

• Leur demander d’écrire en trois ou quatre paragraphes comment ils se voient vivre dans trente ans (et leur suggérer de conserver une copie de leur réponse pour se relire beaucoup plus tard).

 

Sources :
* https://fr.express.live/2015/08/25/6-metiers-sur-dix-exerces-en-2030-n-existent-pas-encore-a-l-heure-actuelle-exp-215248)
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_industrielle
https://fr.wikipedia.org/wiki/A._E._van_Vogt
https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Asimov
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_A._Heinlein
https://fr.wikipedia.org/wiki/Science-fiction
La science-fiction, par Férédric Fontaine, Éditions Milan, 1996.

 

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *